La mobilité en tant que service

Nous prévoyons que d’ici 2030, la «Mobilité» deviendra un service à part entière. Nous nous éloignons de la possession de moyens de transport personnels et nous évoluons vers des solutions de mobilité sur mesure dont nous pouvons disposer quand nous en avons besoin. Cela signifie qu’elles peuvent être partagées plus efficacement et ainsi devenir moins chères pour tous : aussi bien pour les utilisateurs occasionnels que pour les utilisateurs quotidiens et pour la société dans son ensemble. Vous payez soit par voyage, soit par abonnement mensuel pour un usage spécifique. Nous n’avons donc plus besoin d’acheter une voiture ou un vélo propre, qui ensuite passe plus de 90% du temps à prendre la poussière, mais nous savons que si nous voulons nous déplacer, nous pouvons faire appel à une solution de mobilité.

L’économiste Koen Schoors et l’expert en mobilité Koen Van De Putte décrivent ainsi notre mobilité d’aujourd’hui et de demain dans une contribution à De Tijd :

« Le cœur de notre mobilité est calcifié, les poumons poussiéreux. Entre-temps, des réseaux alternatifs, anciens et nouveaux, de train, tram, bus, voiture et vélo sont devenus beaucoup plus accessibles, mais ils restent déconnectés les uns des autres. Et cela alors que l’informatisation et la numérisation permettent de combiner synthétiquement tous ces réseaux de mobilité dans un système dynamique intégré qui serait beaucoup plus robuste que n’importe lequel de ces systèmes séparément. Et cela alors que nous savons où et à quel moment la voiture sera coincée dans la circulation et quelles alternatives sont disponibles là et à ce moment sur l’un des autres réseaux. Et cela alors que la mobilité pourrait être un service sur un réseau intégré et non la propriété ou l’utilisation d’une voiture spécifique. »

De Tijd (8/9/17)

Nous constatons déjà que de nombreux nouveaux services émergent : toutes sortes de systèmes de partage automobiles conquièrent les villes, les gens achètent ensemble une voiture, les universités offrent des services de location de vélos, il y a les vélos partagés à Anvers et à Bruxelles, … nous nous attendons à ce que cela ne fasse que continuer à augmenter et assurera ainsi que l’omniprésence de la voiture va diminuer significativement.

De plus, si jamais nous introduisons des voitures autonomes, elles seront probablement également utilisées de cette façon.